cygne


cygne

cygne [ siɲ ] n. m.
XIIIe; cisne fin XIIe; lat. pop. cicinus, class. cygnus, cycnus, gr. kuknos
1Oiseau palmipède, grégaire, au plumage blanc et au long cou (anatidés), qui vit sur les eaux douces. Cygne trompette, cygne sauvage, cygne domestique. Une blancheur de cygne : une blancheur éclatante. — Un cou de cygne.
Cygne noir (d'Australie).
2Loc. (d'apr. la légende du chant merveilleux du cygne mourant) Le chant du cygne : le dernier chef-d'œuvre d'un artiste (avant sa mort).
Littér. (surnom) Le cygne de Mantoue (Virgile), de Cambrai (Fénelon).
3(1806) Duvet de cygne. « des pantoufles en satin rose, bordées de cygne » (Flaubert).
4Par anal. Col de cygne : tuyau ou tube recourbé. — Bec de cygne : robinet dont la forme évoque un bec de cygne.
⊗ HOM. Signe.

cygne nom masculin (bas latin cycnus, du grec kuknos, cygne) Grand oiseau très voisin des oies mais plus aquatique, au cri puissant, au plumage noir (cygne d'Australie) ou blanc (autres espèces), au long cou flexible, souvent élevé sur les pièces d'eau des parcs publics. (Le cygne protège ses jeunes pendant plus de 10 mois.) ● cygne (citations) nom masculin (bas latin cycnus, du grec kuknos, cygne) Jean Bertaut Donnay, Calvados, 1552-Séez 1611 J'aime mieux, en soucis et pensers élevés, Être un aigle abattu d'un grand coup de tonnerre Qu'un cygne vieillissant ès jardins cultivés. Stances Épictète Hiérapolis, Phrygie, vers 50-Nicopolis, Épire, vers 130 après J.-C. Si j'étais rossignol, j'accomplirais l'œuvre du rossignol ; si j'étais un cygne, celle du cygne. Mais je suis un être raisonnable, je dois chanter Dieu. Entretiens, I, 6, 20-21 (traduction Souilhé) Hans Christian Andersen Odense 1805-Copenhague 1875 Il n'y a pas de mal à être né dans une basse-cour lorsqu'on sort d'un œuf de cygne. Contes, le Vilain Petit Canard cygne (expressions) nom masculin (bas latin cycnus, du grec kuknos, cygne) Blancheur de cygne, blancheur éclatante. Chant du cygne, dernière œuvre d'un artiste, d'un écrivain, etc., considérée parfois comme une des plus belles. Le Cygne de Cambrai, Fénelon. Le Cygne de Mantoue, Virgile. Cou (col) de cygne, cou long, flexible. ● cygne (homonymes) nom masculin (bas latin cycnus, du grec kuknos, cygne) signe nom masculin signe forme conjuguée du verbe signer signent forme conjuguée du verbe signer signes forme conjuguée du verbe signer

cygne
n. m.
d1./d Grand oiseau anatidé des zones froides à plumage blanc ou noir (cygne d'Australie) et au long cou très souple.
Une blancheur de cygne: une blancheur éclatante.
Un cou de cygne, fin, long et gracieux.
d2./d Fig. Le chant du cygne: le dernier chef-d'oeuvre d'un poète, d'un musicien, etc., avant sa mort (par allus. à la légende du chant particulièrement mélodieux du cygne mourant).
d3./d Fig. Le Cygne de Mantoue: Virgile. Le Cygne de Cambrai: Fénelon.
d4./d ASTRO Le Cygne: constellation boréale.

⇒CYGNE, subst. masc.
A.— 1. Oiseau palmipède aquatique de grande taille, caractérisé par un plumage brillant, généralement blanc et par un cou long et flexible. Le cygne (...) immangeable, ménagé de l'homme pour sa beauté, sa grâce, le cygne, si commun jadis en Italie (MICHELET, Oiseau, 1856, p. 61) :
1. Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
À des neiges d'avril qui croulent au soleil;
Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire,
Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire.
SULLY PRUDHOMME, Les Solitudes, Le Cygne, 1869, p. 17.
SYNT. a) Cygne + adj. : cygne blanc, chanteur, muet, nain, noir, sauvage, tuberculé. b) Adj. + cygne : beau, grand cygne. c) Cygne + subst. : cygne trompette, cygne à bec noir, rouge, à cou noir, . Expr. Duvet de cygne ou p. ell. cygne. Petites plumes du ventre du cygne, utilisées pour bourrer des coussins, des édredons, etc. Duvet de cygne, peau de cygne ou p. ell cygne. Peau tannée du cygne, garnie de son duvet, utilisée comme fourrure pour garnir les vêtements de luxe. Deux casaques, l'une de peau de cygne, l'autre de peau de veau marin (CHATEAUBR., Natchez, 1826, p. 418). Pantoufles de velours fourrées de cygne (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 161). Plume(s) de cygne ou p. ell. cygne. Plumes des ailes et de la queue du cygne, employées pour la confection de pinceaux. Boîtes à poudre avec leurs gros pinceaux de cygne (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 163).
2. MYTHOLOGIE
a) [P. allus. aux cygnes, compagnons inséparables d'Apollon] Je ne vis nager aucun cygne sur l'Eurotas (BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p. 187).
b) [P. allus. à Jupiter qui se transforma en cygne pour séduire Léda] Je suis jaloux de tout... j'ai peur que ce taureau ne soit Jupiter...; ce cygne...; ce bélier (CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p. 148).
c) [P. allus. à Lohengrin, le chevalier au cygne, voyageant dans une nacelle conduite par un cygne] Lohengrin descendant d'une nacelle conduite par un cygne (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 234).
3. [Le cygne comme symbole d'éclat et de pureté, p. réf. à sa robe immaculée et brillante] Toutes les blancheurs sont des strophes d'amour; Le cygne dit : Lumière! Et le lys dit : Clémence! (HUGO, Contempl., t. 1, 1856, p. 29).
Rem. [P. oppos., le cygne noir devient symbole de tristesse, de mort] Alternant pour le poète gai, le poète mélancolique, des plumes de cygne blanc, des plumes de cygne noir (GIRAUDOUX, Simon, 1926, p. 45).
[Le cygne dans ses représentations figuratives]
HÉRALD. Comme le fit Racine Formant son écu d'un cygne (VERLAINE, Œuvres compl., t. 3, Épigrammes, 1894, p. 224).
♦ Domaine des arts décoratifs (principalement sous l'Empire). Pour éclairer et orner la table de Napoléon, Biennais fournit entre 1806 et 1812 douze « girandoles » de vermeil, à décor de cornes d'abondance et de cygnes (GRANDJEAN, Orfèvr. XIXe s., 1962, p. 55).
Expr. Bec de cygne; cou/col de cygne; tête de cygne. Ces pliants à cols de cygnes bleus dont le bec jaune mord les bâtons du siège (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 200). Je ne connais rien de plus pompier, de plus bourgeois que cet horrible style, avec ces commodes qui ont des têtes de cygnes comme des baignoires (PROUST, Swann, 1913, p. 338).
B.— [P. anal]
1. [de forme]
a) [P. réf. aux formes aérodynamiques du cygne] Léonard de Vinci (...) inventa l'homme volant (...) monté sur son grand cygne (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 217).
b) [P. réf. au cou long et flexible de l'oiseau]
[En parlant d'une pers., notamment d'une femme] Edith au cou de cygne (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 152).
P. ext. [À propos d'un mouvement sinueux semblable à celui du cygne plongeant la tête dans l'eau] La poignée de main plongeuse, en cou de cygne, de Barrès (RENARD, Journal, 1891, p. 103).
[En parlant d'animaux] Des chevaux de très-haute taille (...) des encolures de cygne (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 222).
[En parlant de choses concr.]
CHIR. Bec de cygne. Pince en forme de bec. Noms vulgaires des instruments de chirurgie :« bec de cygne, bec de cane, bec de grue » (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 37).
TECHNOLOGIE
Col de cygne (vx). Partie de l'avant-train d'une voiture à quatre roues, qui est courbée afin de laisser passer les roues de devant quand le véhicule tourne.
Rem. Attesté ds Ac. 1835-78, Lar. 19e-Lar. encyclop., LITTRÉ, GUÉRIN 1892, QUILLET 1965.
Bec/col de cygne. Tube, robinet évoquant le bec, le col d'un cygne. [Les] vapeurs [d'alcool] gagnent... par un col de cygne le serpentin du chauffe-vin (SER, Phys. industr., t. 2, 1890, p. 335).
2. [de couleur]
a) [P. réf. à la blancheur du cygne, en parlant de l'aspect extérieur d'une pers., notamment épiderme, barbe ou cheveux] Blanc comme un cygne. D'un blanc pur. Beau vieillard blanc comme un cygne (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 65).
b) Littér. et poét.
[P. réf. à la blancheur du cygne, symbole de pureté, d'innocence, de virginité] :
2. Ce couple, sieur et dame Clubin, avait réalisé dans Torteval l'idéal de l'épithète anglaise, « respectable ». Dame Clubin était le cygne; sieur Clubin était l'hermine. Il fût mort d'une tache.
HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 137.
Candeur de cygne :
3. Avec cela le charme insigne
D'un frais sourire triomphant
Éclos dans des candeurs de cygne
Et des rougeurs de femme-enfant; ...
VERLAINE, Œuvres complètes, t. 1, La Bonne chanson, 1870, p. 130.
[P. réf. à la blancheur du cygne, symbole de l'amour, de l'âme, de l'ange] N'est-ce pas une forme angélique Qui flotte mollement sous ce rideau léger? S'il est vrai que l'amour, ce cygne passager, N'ait besoin, pour dorer son chant mélancolique, Que des contours divins de la réalité (MUSSET, Rolla, 1833, p. 29).
[P. réf. à la couleur noire de certains cygnes, symbole de tristesse, de mort et p. oppos. au cygne blanc] Les cygnes noirs du désespoir, durs et sauvages (RODENBACH, Règne silence, 1891, p. 208).
3. [de comportement ou p. métaph.]
a) [P. réf. à la lenteur, la délicatesse des mouvements du cygne] Elle tourna la tête sur son épaule avec la lenteur délicate du cygne (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 111).
b) [P. réf. à la puissance de ses ailes et à la force de l'oiseau dans le combat] L'embrassement de la bien-aimée, pareil à un combat contre un cygne! (CLAUDEL, Ville, 1901, p. 475).
c) [P. réf. à la hauteur de son vol] :
4. Il s'échappa, laissant David en proie à l'une de ces émotions que l'on ne sent aussi complètement qu'à cet âge, surtout dans la situation où se trouvaient ces deux jeunes cygnes auxquels la vie de province n'avait pas encore coupé les ailes.
BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 35.
Expr. Faire un cygne d'un oison. Louer une personne qui ne le mérite pas. Bête comme un cygne. Une vierge aux yeux bleus, blanche comme les lys, taillée comme une statue antique, et bête comme un cygne (SAND, Jeanne, 1844, p. 87).
En partic. Élévation spirituelle :
5. Le cygne du christianisme planait au ciel et descendait et remontait de la terre au ciel. Il a coupé ses ailes et le beau cygne ne fait plus que marcher et nager sur la terre et l'eau d'une planète à demi « submergée ».
VIGNY, Le Journal d'un poète, 1853, p. 1309.
d) [P. réf. au chant du cygne (notamment à la tristesse et à la beauté légendaires du chant du cygne mourant)] Quel chant d'hirondelle joyeuse, quand elle pouvait rire! Mais quelle voix de cygne appelant ses compagnes, quand elle parlait de ses chagrins! (BALZAC, Lys, 1836, p. 40).
En partic., littér. et poét. Chant/voix du cygne. Voix du poète, de l'orateur, etc. :
6. Ah! Si la muse sainte soutenoit mon génie, si elle m'accordoit un moment le chant du cygne ou la langue dorée du poëte, qu'il me seroit aisé de redire dans un touchant langage les malheurs de la persécution!
CHATEAUBRIAND, Les Martyrs, t. 3, 1810, p. 75.
P. ell. Cygne. Écrivain, compositeur remarquable par la pureté du style, par la grâce de l'expression. Le cygne + nom de lieu. Le cygne de Mantoue (Virgile), de Méonie (Homère), de Thèbes ou de Dircé (Pindare), etc. Bossuet : est l'aigle de Meaux. Fénelon : est le cygne de Cambrai (FLAUB., Corresp., 1852, p. 67). Un cygne au plumage éblouissant [Lamartine], pareil à un sentiment pur, nageait dans un beau lac (BARRÈS, Maîtres, 1923, p. 203).
P. méton. Chant du cygne. Dernière œuvre d'un écrivain, d'un artiste, au sommet de sa perfection, avant le déclin ou la mort. [M. de Saint-Cyran] écrivit à la mère Angélique une belle lettre qui nous est comme son rude chant du cygne et son dernier oracle (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 201).
Rem. On rencontre ds la docum. les adj. a) Cycnéen, enne. Qui se rapporte au cygne, qui rappelle le cygne. Le fleuve herbeux, cycnéen (CLAUDEL, Ville, 1893, p. 316). b) Cycniforme ou cycnoïde. Qui a les formes d'un cygne, qui évoque un cygne par la grâce de ses lignes. [La comtesse de Greffulhe] (...) cycniforme et ingénieuse (R. DE MONTESQUIOU, P. Hellen, 1913, p. 34).
Prononc. et Orth. :[]. C'est la graph. étymol. qui préserve la prononc. avec [] (cf. BUBEN 1935, § 169). Une anc. prononc. [sin] existait dans les milieux pop. mais aussi dans Ronsard (cf. ROUSS.-LACL. 1927, p. 165). Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Homon. signe. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 ornith. cisne (M. DE FRANCE, Lais, éd. J. Rychner, Milun, 172 [:meschine]); mil. XIIIe s. [ms.] cigne (ID., ibid., p. 174); 1546 chant du cycne (RABELAIS, III, 21 ds HUG.); 1640 chanter le chant du cigne (OUDIN Curiositez); 2. p. ext. 1831 « duvet de cygne » 3. 1630 poét. « poète » (MALHERBE, Fin d'une ode pour le roi, 2 ds Œuvres, éd. Lalanne, t. 1, p. 317). Cygne, altération de cisne, cine du b. lat. cicinus attesté chez Oribase et ds la loi Salique (TLL s.v., 1585, 13), lat. class. cycnus (gr. ) écrit aussi cygnus, cignus (TLL s.v., 1584, 72); à rapprocher du sens 3, HOR. Carm. 4, 2, 25 (ibid., 1585, 66). Fréq. abs. littér. :995. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 853, b) 2 040; XXe s. : a) 1 222, b) 821. Bbg. GOTTSCH. Redens. 1930, p. 106. — ROG. 1965, p. 42.

cygne [siɲ] n. m.
ÉTYM. Mil. XIIIe; réfection de cisne, v. 1170, du lat. pop. cicinus, d'après le lat. class. cygnus, var. de cycnus, grec kuknos.
1 Oiseau palmipède (Anatidés), de grande taille, migrateur, remarquable par la blancheur éclatante et soyeuse de son plumage (exception faite d'une espèce d'Australie dite cygne noir), par la longueur de son cou flexible, par la grâce majestueuse de sa nage. || Cygne domestique ou cygne commun. || Cygne tuberculé : cygne domestique, au bec orangé surmonté d'un tubercule oblong.Cygne sauvage. || Cygne chanteur ou à bec noir : cygne sauvage, à bec noir, jaune à la base, sans caroncule (cygne de Bewick). || Cygne trompette d'Amérique (buccinator). || Cygne nain de Sibérie. || Le passage des cygnes. || Qui a l'allure du cygne. Cycnoïde.Myth. || Le chant du cygne : le chant d'une douceur merveilleuse que, d'après une tradition fabuleuse, le cygne exhale au moment de mourir (→ ci-dessous, 2., e et cit. 10, Buffon).
Spécialt. Le mâle adulte de cette espèce. || Jupiter se transforma en cygne pour séduire Léda.
tableau Noms d'oiseaux.
Littér. Mus. || Le Chevalier au Cygne, de Lohengrin. || Le Cygne, titre d'un poème de Baudelaire, d'un poème de Sully Prudhomme, d'une page musicale de Saint-Saëns. || Le Lac des cygnes, ballet romantique de Tchaïkovski.
0.1 Les grâces de la figure, la beauté de la forme répondent, dans le cygne, à la douceur du naturel; il plaît à tous les yeux, il décore, embellit tous les lieux qu'il fréquente; on l'aime, on l'applaudit, on l'admire. Il nage si vite, qu'un homme, marchant rapidement au rivage, a grand'peine à le suivre. Il vit très longtemps, jusqu'à trois cents ans, a-t-on dit, mais sans doute avec exagération.
Buffon, Hist. nat. des animaux, le Cygne.
1 Lui (Byron) qui, rassasié de la grandeur humaine,
Comme un cygne, à son chant sentant sa mort prochaine,
Sur terre autour de lui cherchait pour qui mourir (…)
A. de Musset, Poésies nouvelles, Lettre à Lamartine.
2 (…) le chant du cygne, un chant merveilleux tout trempé de pleurs, montant jusqu'aux sommités les plus inaccessibles de la gamme, et redescendant l'échelle des notes jusqu'au dernier degré (…)
Th. Gautier, le Nid de rossignols, p. 251.
3 (Je vis) Un cygne qui s'était évadé de sa cage,
Et, de ses pieds palmés frottant le pavé sec,
Sur le sol raboteux traînait son blanc plumage.
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Le cygne ».
4 Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes,
Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
À des neiges d'avril qui croulent au soleil (…)
Sully Prudhomme, les Solitudes, « Le cygne ».
5 Et voici que les beaux cygnes, l'un après l'autre, troublés par ce bruit, au profond de leurs sommeils, se détiraient onduleusement la tête de dessous leurs pâles ailes d'argent (…) et les purs cols de neige de deux ou trois chanteurs étaient traversés ou brisés avant l'envolée radieuse des autres oiseaux-poètes. Alors l'âme des cygnes expirants s'exhalait, oublieuse du bon docteur, en un chant d'immortel espoir, de délivrance et d'amour, vers des Cieux inconnus.
Villiers de l'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet, p. 16-17.
6 Rien n'est beau comme de les voir côtoyer le lac et parler aux cygnes, tandis que le jeune Louis-Pilate leur jette des pierres… déjà !
— Je voudrais bien savoir pourquoi on appelle ces volatiles des cygnes ? demande M. Isidor-Joseph Tarabustin.
À quoi l'ami répond avec un grincement.
— Ce sont des oies qui ont le cou trop long, voilà tout… Toujours l'amour du mensonge.
O. Mirbeau, les Vingt et un Jours d'un neurasthénique, p. 82.
7 Et je ne chante pas comme le cygne chante
Quand il atteint le jour à sa nuit dévolu
Aragon, le Voyage de Hollande et autres poèmes, p. 91.
Par ext. || Duvet de cygne, dont on garnit les coussins, les édredons. || Plumes de cygne, dont on se sert comme poil de pinceau.Ellipt. || Du cygne : duvet, peau ou plumes de cygne. || Manteau garni de cygne.
8 C'étaient des pantoufles en satin rose, bordées de cygne. Quand elle s'asseyait sur ses genoux, sa jambe, alors trop courte, pendait en l'air, et la mignarde chaussure, qui n'avait pas de quartier, tenait seulement par les orteils à son pied nu.
Flaubert, Mme Bovary, III, V.
Par compar. (littér.). || Une blancheur de cygne : une blancheur éclatante.Un cou de cygne : un cou long, étroit, blanc, flexible et gracieux. || « Édith au cou de cygne », maîtresse d'Harold, roi d'Angleterre.Hippol. || Encolure de cheval en col de cygne.
2 Par métaphore ou compar., vieilli ou littér. a (Idée d'innocence). || Une candeur de cygne.Être blanc comme cygne : n'avoir rien à se reprocher.
9 (…) il (Luxembourg) est sorti de la Bastille plus blanc qu'un cygne (…)
Mme de Sévigné, 811, 18 mai 1680.
b Vx. Avoir la lenteur, la puissance d'un cygne, de la majesté, de la force.
c Loc. Vx. Faire un cygne d'un oison : s'attacher une personne qui n'en est pas digne.Être bête comme un cygne. Oie.
d Littér. Surnom donné à différents artistes (auteur, compositeur, orateur) à cause de la douceur mélodieuse de leur style. || Le cygne de Mantoue : Virgile. || Le cygne d'Ionie : Homère. || Le cygne de Dircé : Pindare. || Le cygne de Cambrai : Fénelon.
e Loc. fig. Chant du cygne : dernier chef-d'œuvre avant un silence définitif (→ ci-dessus, 1.).
10 Les anciens ne s'étaient pas contentés de faire du cygne un chantre merveilleux : seul entre tous les êtres qui frémissent à l'aspect de leur destruction, il chantait encore au moment de son agonie, et préludait par des sons harmonieux à son dernier soupir. Nulle fiction en histoire naturelle, nulle fable chez les anciens, n'a été plus célébrée, plus répétée, plus accréditée. Les cygnes, sans doute, ne chantent point leur mort; mais toujours, en parlant du dernier essor et des derniers élans d'un beau génie près de s'éteindre, on rappellera avec sentiment cette expression touchante : C'est le chant du cygne !
Buffon, Hist. nat. des animaux, Le Cygne.
3 Loc. Techn. || Col de cygne : tuyau ou tube recourbé.Bec de cygne : robinet dont la forme évoque un bec de cygne. (On dit aussi col de cygne, dans ce sens.)Chir. || Bec de cygne : pince de la forme d'un bec de cygne.
4 Astron. || Constellation du Cygne, constellation boréale.
HOM. Signe. — Formes du v. signer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cygne — CYGNE. s. m. Gros oiseau aquatique de plumage blanc, et qui a le cou fort long. Plume de cygne. Le duvet d un cygne. Peau de cygne. f♛/b] On dit d Un homme qui a la barbe et les cheveux tout blancs, qu Il est blanc comme un cygne. [b]f♛/b] On… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Cygne — Cygne, swan in French, may refer to: Danse des petits cygnes, a famous dance from the ballet Swan Lake by Tchaikovsky Île des Cygnes (disambiguation) Île aux Cygnes, a small island in the Seine in Paris, France La Cygne, Kansas, a city situated… …   Wikipedia

  • cygne — CYGNE. s. m. Gros oiseau aquatique, de plumage blanc, & qui a le col extremement long. Toute cette riviere estoit couverte de cygnes. Plume de cygne. le duvet d un cygne. peau de cygne. On dit, d Un homme qui a la barbe & les cheveux tout blancs …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cygne — CYGNE: Chante avant de mourir. Avec son aile peut casser la cuisse d un homme. Le cygne de Cambrai n était pas un oiseau, mais un homme nommé Fénélon. Le cygne de Mantoue, c est Virgile. Le cygne de Pesaro, c est Rossini …   Dictionnaire des idées reçues

  • cygne — Cygne, Cygnus, Olor …   Thresor de la langue françoyse

  • Cygne — Cet article concerne le groupe d oiseau. Pour les autres significations, voir Cygne (homonymie). Cygnes …   Wikipédia en Français

  • cygne — (si gn ) s. m. 1°   Oiseau palmipède, aquatique, du genre de l oie. •   Le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la grandeur, la majesté, la douceur ; avec des puissances, des forces, du courage et la volonté… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CYGNE — s. m. Gros oiseau aquatique dont le plumage est blanc, et qui a le cou fort long. Plume de cygne. Le duvet d un cygne. Peau de cygne. La blancheur du cygne. Les anciens croyaient que le cygne chantait mélodieusement, lorsqu il était près de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CYGNE — n. m. Gros oiseau palmipède, aquatique, dont le plumage est d’ordinaire blanc et qui a un cou long et souple. Plume de cygne. Le duvet d’un cygne. être blanche comme un cygne, être blanc comme un cygne, avoir la blancheur du cygne, Avoir la peau… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • cygne — col de cygne cygne …   Dictionnaire des rimes


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.